Décembre est arrivé, pas de quoi être effrayé

Cycliste bisontin dépassant une file de voiture par temps de neige

Le vélo va plus vite que les voitures. La neige bloque Besançon. Photo Franck Hakmoun

Décembre est arrivé et apporte avec lui son lot de changements. Les journées se font plus courtes tandis que les nuits se rallongent, le moment est idéal pour un petit rappel des règles quand on circule en Hiver à vélo.

Cyclistes Brillez !

  • Que la lumière éclaire votre chemin
    Outils indispensables pour voir et être vu, les lumières font également partie de l’équipement légal d’un vélo de la même façon que le sont les catadioptres. Que vous circuliez là où l’éclairage urbain ferait de la concurrence au Soleil ou au cœur de la cambrousse, il est nécessaire d’en être équipé dès lors que la nuit tombe. De bonnes lumières vous assureront de voir où vous allez, éviter les obstacles sur la route ou plus simplement être vu des autres usagers ce qui avouons le est plus agréable à 20m qu’à 20cm du guidon.
    Nous recommandons un ensemble de lumières avant/arrière avec au minimum 400 lumens, rien ne vous empêche de chercher plus puissant mais n’oubliez pas de bien régler l’orientation du faisceau de façon à ne pas éblouir les usagers venant d’en face. On rappelle que par convention la lumière est blanche à l’avant et rouge à l’arrière ce qui permet entre autres de savoir dans quelle direction va un véhicule. Idem pour les catadioptres, blanc devant et rouge derrière, ils doivent cependant être oranges sur les pédales et les roues.
  • Sortez couverts
    À vélo vous le savez, rien de plus important que les habits pour différencier un trajet à vélo d’une séance de natation improvisée, ce qu’on porte est essentiel pour cela. De ce coté, rien d’obligatoire dans les textes, si ce n’est de porter un chasuble dès lors que l’on quitte les agglomérations. Avec le froid, un des premiers réflexes sera de sortir la doudoune du placard, confortable les premiers mètres, elle peut très bien devenir un hammam au bout d’un moment. Il peut être préférable de s’orienter vers des textiles spécifiques pour éviter cela ou plus simplement de ralentir la cadence (Pas de soucis, il y a encore le temps d’ici le Tour de France).
    Nous recommandons tout de même pour les cyclistes exclusivement urbains de jeter un coup d’œil aux gammes proposant des inserts réfléchissants (Les ensembles fluorescents n’ayant pas autant de versatilité au quotidien et une utilité discutable selon certaines études). À cela, on pourra prévoir un bonnet et une paire de gant pour garder les doigts au chaud et ne pas se transformer en stalactites durant les trajets.

Que de bons conseils à mettre à l’essai dans les mois à venir, cela est d’autant plus important que nous vous voyons de plus en plus nombreux sur les routes et souhaitons que cela continue ! Évidemment, être bien équipé n’aura que peu d’effet sur les incivilités et imprudences auxquelles on peut être confronté. Pour cela, pas de solution miracle si ce n’est de toujours rester attentif à son environnement et continuer de faire remonter les informations aux autorités (Un modèle est disponible ici). Au delà de ça, nous vous invitons à régulièrement vérifier l’état de votre destrier, les freins en particuliers, mais également toute la transmission qui est mise à rude épreuve face à l’humidité et le sel sur les routes.

« Nul asile que la prière !
Cette heure sombre nous fait voir
La création tout entière
Comme un grand édifice noir ! »
La nuit, Victor Hugo

 

 

Ce contenu a été publié dans Conseils pratiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.