Pont de la République : ça y est, ça roule !

Finis les passages étroits, le VTT et les « Cyclistes, pied à terre ». Sur le pont de la République, les travaux sont finis ! Il est aujourd’hui réouvert dans toute sa largeur.

Et qu’est-ce que ça donne ?

pistecyclablepontrep

Détournement par nos soins de la photo d’illustration de cet article. © A. Alfaro pour la photo originale.

Mais non, monsieur le Maire. Ne vous fâchez pas ! On savait qu’il n’y aurait pas de piste cyclable sur ce pont. C’était sur les plans, consultables lors de l’enquête publique.

Et nous avons dû admettre qu’il n’était pas possible d’en réaliser, étant donnée la largeur et la nécessité de mettre le tram en site propre.

Impossible, en effet, de mettre les voitures et le tram sur la même voie, à moins de faire de Besançon la première ville de France dotée d’un tramway coincé dans les bouchons.

Par conséquent, nous avons juste demandé que les cyclistes puissent continuer à circuler dans les deux sens sur le pont, dans les meilleures conditions possibles…

Alors, qu’en est-il ?

Dans le sens sortant (du centre) :

Nous avions une voie bus-vélo, trop étroite pour permettre aux bus de nous dépasser. Il valait mieux pédaler vite pour ne pas trop les ralentir. Merci aux chauffeurs Ginko pour leur patience…

Dorénavant, la voie bus à laissé place à celles du tram. Le cycliste est donc amené à passer dessus. On prendra bien celle de droite, histoire de ne pas percuter le tram arrivant en face. Les cyclistes rapides choisiront de rouler entre les deux rails, tandis que les plus lents resteront à droite des rails, afin de se serrer sur le trottoir lorsque le tram arrivera derrière eux.

Pour permettre cela, la bordure entre les voies du tram et ce trottoir devait être juste assez haute pour être détectable, mais franchissable à vélo. Or, vers le milieu du pont elle fait plus de 5 cm de haut. Ça va être compliqué !

Verdict : Un cycliste à l’aise sur son vélo passera sans problème, mais tout le monde ne le sera pas. Il y aura moins de trams qu’il n’y avait de bus, donc ça sera un peu plus tranquille, mais gare aux chutes avec ces bordures trop hautes. Voilà, selon nous, un premier point à rectifier.

Ajout : En plus, il semble que prendre les voies du tram soit théoriquement interdit…

Dans le sens entrant :

Là, on passe de deux voies pour les voitures à une seule, et c’est déjà un symbole en soi.

Si vous avez bien suivi, un cycliste aura donc deux possibilités : soit passer sur cette voie, soit passer sur la voie du tram, juste à gauche des voitures. Or, la bordure entre les deux fait 15 cm de haut.

Cela signifie que, quel que soit votre choix, il faudra l’assumer jusqu’au bout. Si vous êtes sur la voie du tram, ne pensez pas vous rabattre près des voitures quand il arrivera derrière vous. Et si vous êtes avec les voitures, vous l’êtes pour le meilleur et pour le pire : si ça bouchonne, vous êtes dedans, et si c’est fluide, elles vous presseront pour avancer.

Une bordure biseautée, ou une même hauteur de la chaussée et du tram, aurait permis aux automobilistes de mordre sur les voies du tram pour doubler les cyclistes et vice-versa.

C’est ce que recommande la FUB dans son ouvrage consacré aux projets de tram (voir page 20), et c’est ce qui fonctionne avec succès à Nantes, par exemple.

Dans son document, la FUB indique « hors zone 30 », ce qui veut dire qu’en zone 30 ça ne serait pas forcément nécessaire. Or, nous avons cru comprendre que le pont serait en zone 30. Nous attendons de voir ce que cela donnera à l’usage…

Verdict : C’est mieux qu’avant, puisqu’on a tout de même une possibilité de rouler séparément des voitures. Et la présence d’une station avant le pont permettra aux cyclistes de savoir si un tram peut arriver avant de s’engager. Mais comme pour le sens précédent, seuls les cyclistes réellement sûrs d’eux se sentiront à l’aise.

Conclusion :

C’est tout neuf, beaucoup plus joli, et moins routier qu’avant. On redonne une apparence accueillante et urbaine à un ouvrage qui semblait, malgré sa voie bus, entièrement dédié à l’automobile.

Mais malgré tout, on n’a pas encore les aménagements nécessaires pour tous les usagers. Et c’est dommage car ce pont est au cœur de la zone Centre-ville / Mouillère / Chaprais / Vaîtes, celle qui a le plus fort potentiel en matière de déplacements à vélo à Besançon.

Ajout : En plus, cet aménagement oblige les cyclistes à se mettre dans l’illégalité, puisque dans le sens sortant (de la boucle), si nous ne voulons pas prendre la voie du tram, il ne restera que… le trottoir. Nous sommes opposés à cela. Cela signifierait tout simplement que notre demande a été ignorée, malgré les recommandations du commissaire enquêteur à la fin de l’enquête publique…

PS :

Occupés que nous sommes à parler du pont de la République, nous en oublierions presque la promesse qui nous avait été faite l’année dernière : à partir de la réouverture de ce dernier à la circulation, il devait être possible de limiter à nouveau à deux voies le pont de Bregille et d’y recréer des aménagements cyclables.

Si vous voulez savoir combien de temps il faut à une promesse pour se réaliser, consultez donc cette page.

Ce contenu a été publié dans Articles / Actualités, Pas encore publié dans le Rayon, Ville de Besançon, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Pont de la République : ça y est, ça roule !

  1. Philippe dit :

    Bonjour, merci pour cet article.
    Pour le sens entrant, dans ma tête il n’y avait pas photo : on roule avec les voitures, et voilà. Si en plus c’est du zone 30, ce sera plus confortable, sinon, tant pis. Et les voitures apprendront à patienter si on est devant elles. Ne faut-il pas que l’on assume notre place sur la route quand elle doit être partagée avec les voitures ?
    Par contre, pour le sens sortant, je suis surpris par votre hypothèse de rouler sur les voies du tram. Ca me parait … infaisable (passer les rails) ? … dangereux (non ?) … interdit ? je ne sais pas. Je n’y avais pas songé. Je pensais plutôt au trottoir partagé vélo/piéton (qui ne satisfait certainement personne au final, mais bon). Qu’en pensez-vous ?

    • Adrien dit :

      Merci pour votre commentaire, qui est très bien car il aborde sans polémique les vraies questions qu’il faut se poser.

      Moi, je suis d’accord, sur le principe, de rouler avec les voitures dans le sens entrant. D’autant plus si c’est bien classé en zone 30. J’assume ma place, et elles attendent derrière. Mais je vais vous avouer que si ça bouchonne, je n’accepterai pas d’être coincé dans les bouchons alors que je suis à vélo. Ça serait un non sens. Donc je voudrai doubler, et n’aurai guère d’autre choix que la plate-forme du tram.

      Pour le sens sortant, pas de trottoir mixte. Il est bien trop étroit et trop fréquenté par les piétons. Mais il est clair que les voies du tram ont quelque chose de sacré et d’intimidant. On n’y est pas habitués. Seulement, c’est la seule solution à moins de passer par un autre pont.

      Il faut relativiser : franchir les rails est dangereux si on les franchit mal (c’est à dire de façon tangente). On risque de coincer sa roue dedans et c’est la chute immédiate. Mais si on s’y prend bien, il n’y a aucun danger. On peut très bien zigzaguer sur un rail de tram si on sait le faire. Je pense qu’il faut que la ville communique sur ce point et invite les cyclistes à rouler sur la plate-forme du tram avant sa mise en service pour s’entraîner.

      Par ailleurs, dans de nombreux carrefours nous serons amenés à croiser les voies du tram, puisqu’elles croiseront la chaussée, et pas toujours à angle droit. Et même sur le pont Battant, elles seront là et feront un virage assez étonnant. Il faudra s’y faire.

      En tout cas, avant le projet de tram ici, j’avais déjà eu l’occasion de rouler dans des villes où il y a des trams. Par exemple : Freiburg-im-Breisgau (Fribourg), Basel (Bâle), Zürich, ou plus récemment Genève l’été dernier.

      Dans toutes ces villes, il y a des endroits où le tram se retrouve sur la même chaussée que les cyclistes. Par exemple, à Genève, il y a des endroits où le tram n’est pas en site propre mais passe dans des voies bus, et elles sont autorisées aux vélos. À Freiburg, on se retrouve à rouler avec le tram dans les rues piétonnes du centre (seule l’une d’entre elles est interdite aux vélos, mais seulement la journée en semaine, et c’est pour éviter des conflits avec les piétons). Ça se passe bien, car les trams ne vont pas très vite et les cyclistes ont pris l’habitude de faire attention aux rails.

      Partant de ce constat, et réalisant sur les plans qu’il n’était pas possible de mettre des pistes cyclables partout, nous avons posé à la CAGB la question de l’utilisation de la plate-forme du tram dans ce genre de cas, et on nous a répondu que ça serait toléré. Pas encouragé, mais toléré.

  2. NOx_ dit :

    Bel article, mais pour circuler entre rails*, il y aura toujours le risque d’engager et coincer une roue dans le rail avec les risque de chute ou collision (si au moment de laisser la place au tram prioritaire sur tout ce qui bouge) que cela comporte…

    *Pour info DIJON, INTERDIT la circulation cycliste sur la PLATEFORME! (p5 paragraphe « Vélo sur pistes cyclables »)

    http://www.letram-dijon.fr/assets/files/SECURITE/livret-securite180x270-web.pdf

    • Adrien dit :

      Merci pour ce commentaire, et merci de l’avoir remis ici plutôt que sur Facebook car il sera plus visible.

      Je n’ai pas la même opinion que toi. (Et justement, c’est pour ça que je tenais à voir ton commentaire ici : toutes les opinions doivent s’exprimer, et quand nous allons en réunion avec les élus et techniciens, nous les relayons toutes.)

      Donc comme je l’ai dit en réponse au commentaire précédent, Besançon semble faire le choix de tolérer les cyclistes sur la plate-forme, même si ça ne sera pas incité par la signalisation.

      Étant donnée la largeur de certaines rues et ponts, et l’impossibilité de réaliser des aménagements cyclables, il me semble que ce choix est plus intelligent que celui d’autres villes comme Nancy, où les cyclistes se font verbaliser sur la plate-forme du tram alors que c’est le seul moyen de franchir certains endroits sans détours.

      (Nancy, capitale des sens uniques à la con !)

      Après, pour ce qui est des rails, c’est pareil : il faut apprendre à les franchir. Quand on sait faire, il n’y a pas de danger.

  3. NOx_ dit :

    Rappel:
    Un TRAM n’EST rien d’autre qu’UN TRAIN !

    C’est bien pour ça que la SNCF interdit la traversée des voies et encore plus de marcher le long de celles ci !

    Le tramway de Dijon en chiffres
    • 33 m de long
    • 2,40 m de large
    • 40 tonnes à vide !!!
    • 60 tonnes en pleine charge => distance d’arrêt bien au delà de votre personne…

    Les voitures étant largement mise en cause des accidents corporels en ville s’arrêtent en 4.5m (~1 longueur de voiture) à 35 km/h

    Il faut 40 mètres ! à 35km/h (la MÊME vitesse) à un TRAM pour obtenir l’arrêt total.
    10 fois plus long qu’une voiture qui, comme un bus, pourrait effectuer une MANŒUVRE d’EVITEMENT, chose IMPOSSIBLE avec un TRAM.

    Moralité: OUBLIEZ toute idée que le tracé est un GAIN sur l’espace automobile, c’est un Nouvel ESPACE de DANGERS URBAINS.

    (hors temps de réaction et par chaussée et rails SECS !)
    Source: http://www.delijn.be/dekusttram/fr/info/veiligheid.htm

    • Adrien dit :

      Toi, t’es pas très copain avec le tram.

      Effectivement, c’est un danger en plus, comme tout véhicule, et ce n’est pas la mort tragique et récente d’un enfant à Nantes qui va contredire tes propos.

      Mais dans le cas du pont de la République, on pourra savoir dans les deux sens si un tram arrive avant de s’engager, puisque de chaque côté du pont il y a une station. Donc avant de m’engager sur la plate-forme, je pourrai regarder derrière moi si un tram est arrêté à la station et sur le point de démarrer, et donc décider d’attendre qu’il passe avant de m’engager. Vu la fréquence des trams, ça me laisse beaucoup de temps pour traverser le pont.

  4. NOx_ dit :

    Rapidement, bien qu’il n’y ait pas encore à l’heure actuelle beaucoup de voiture tout-électrique, leur silence pose déjà de sérieux problèmes au point que tous les équipementiers se penche sur le sujet cherchant à créer un « son de voiture électrique ».

    Et alors ?? vous me direz
    et bien le Tram est électrique ! silencieux et finalement assez rapide pour la plupart des cyclistes. 20-50km/h

    Pour ma part, je préfèrerais le voir devant même de face, que l’avoir derrière et ne pas l’entendre arriver.

    • Adrien dit :

      Oui. D’où l’intérêt de regarder s’il est en station avant de s’engager, et de faire son choix en conséquence. Ceci dit, à Freiburg ou à Genève, j’ai déjà été suivi plusieurs fois par le tram sans que ça ne me pose de problème. En milieu urbain, il roule doucement.

      Je crois savoir qu’en réunion publique on avait parlé de 70 km/h à la Malcombe (site propre intégral avec herbe) mais de 20 km/h sur Fontaine-Argent.

      Et si c’est comme à Strasbourg, le tram émet un son (ding ding) continu pour qu’on l’entende approcher.

      Sinon, tiens, pour la cohabitation entre vélos et tram, j’ai trouvé un exemple Belge à la fin de cet article. Une bande cyclable avec le tram dessus !

  5. philippe dit :

    @Adrien Très intéressant ton expérience européenne sur la cohabitation vélo tram

  6. Hervé dit :

    Adrien a écrit :
    « On peut très bien zigzaguer sur un rail de tram si on sait le faire »
    Je demande à voir… bientôt un cours de franchissement de rails organisé par les acrobates de l’AVB ?
    Je viens de tester à Bâle la situation très inconfortable qui consiste à rouler entre le rail le plus à droite, et le trottoir. Lorsque cette largeur s’est rétrécie par endroits à 50 cm environ, je me suis senti très mal à l’aise. Il faut être bien concentré (et donc un peu moins attentif à l’environnement, en particulier aux piétons) pour rester dans cette bande étroite, car au moindre écart c’est la chute assurée.

    • Adrien dit :

      Je suis assez favorable à l’idée de donner des cours aux gens. C’est une bonne idée.

      J’ai l’impression que tout le monde ou presque a peur des rails du tram alors que c’est vraiment facile à négocier (sauf à rouler en groupe, car on n’a pas la liberté de mouvement nécessaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.