Pont de la République : ça y est, ça roule !

Finis les passages étroits, le VTT et les « Cyclistes, pied à terre ». Sur le pont de la République, les travaux sont finis ! Il est aujourd’hui réouvert dans toute sa largeur.

Et qu’est-ce que ça donne ?

pistecyclablepontrep

Détournement par nos soins de la photo d’illustration de cet article. © A. Alfaro pour la photo originale.

Mais non, monsieur le Maire. Ne vous fâchez pas ! On savait qu’il n’y aurait pas de piste cyclable sur ce pont. C’était sur les plans, consultables lors de l’enquête publique.

Et nous avons dû admettre qu’il n’était pas possible d’en réaliser, étant donnée la largeur et la nécessité de mettre le tram en site propre.

Impossible, en effet, de mettre les voitures et le tram sur la même voie, à moins de faire de Besançon la première ville de France dotée d’un tramway coincé dans les bouchons.

Par conséquent, nous avons juste demandé que les cyclistes puissent continuer à circuler dans les deux sens sur le pont, dans les meilleures conditions possibles…

Alors, qu’en est-il ?

Dans le sens sortant (du centre) :

Nous avions une voie bus-vélo, trop étroite pour permettre aux bus de nous dépasser. Il valait mieux pédaler vite pour ne pas trop les ralentir. Merci aux chauffeurs Ginko pour leur patience…

Dorénavant, la voie bus à laissé place à celles du tram. Le cycliste est donc amené à passer dessus. On prendra bien celle de droite, histoire de ne pas percuter le tram arrivant en face. Les cyclistes rapides choisiront de rouler entre les deux rails, tandis que les plus lents resteront à droite des rails, afin de se serrer sur le trottoir lorsque le tram arrivera derrière eux.

Pour permettre cela, la bordure entre les voies du tram et ce trottoir devait être juste assez haute pour être détectable, mais franchissable à vélo. Or, vers le milieu du pont elle fait plus de 5 cm de haut. Ça va être compliqué !

Verdict : Un cycliste à l’aise sur son vélo passera sans problème, mais tout le monde ne le sera pas. Il y aura moins de trams qu’il n’y avait de bus, donc ça sera un peu plus tranquille, mais gare aux chutes avec ces bordures trop hautes. Voilà, selon nous, un premier point à rectifier.

Ajout : En plus, il semble que prendre les voies du tram soit théoriquement interdit…

Dans le sens entrant :

Là, on passe de deux voies pour les voitures à une seule, et c’est déjà un symbole en soi.

Si vous avez bien suivi, un cycliste aura donc deux possibilités : soit passer sur cette voie, soit passer sur la voie du tram, juste à gauche des voitures. Or, la bordure entre les deux fait 15 cm de haut.

Cela signifie que, quel que soit votre choix, il faudra l’assumer jusqu’au bout. Si vous êtes sur la voie du tram, ne pensez pas vous rabattre près des voitures quand il arrivera derrière vous. Et si vous êtes avec les voitures, vous l’êtes pour le meilleur et pour le pire : si ça bouchonne, vous êtes dedans, et si c’est fluide, elles vous presseront pour avancer.

Une bordure biseautée, ou une même hauteur de la chaussée et du tram, aurait permis aux automobilistes de mordre sur les voies du tram pour doubler les cyclistes et vice-versa.

C’est ce que recommande la FUB dans son ouvrage consacré aux projets de tram (voir page 20), et c’est ce qui fonctionne avec succès à Nantes, par exemple.

Dans son document, la FUB indique « hors zone 30 », ce qui veut dire qu’en zone 30 ça ne serait pas forcément nécessaire. Or, nous avons cru comprendre que le pont serait en zone 30. Nous attendons de voir ce que cela donnera à l’usage…

Verdict : C’est mieux qu’avant, puisqu’on a tout de même une possibilité de rouler séparément des voitures. Et la présence d’une station avant le pont permettra aux cyclistes de savoir si un tram peut arriver avant de s’engager. Mais comme pour le sens précédent, seuls les cyclistes réellement sûrs d’eux se sentiront à l’aise.

Conclusion :

C’est tout neuf, beaucoup plus joli, et moins routier qu’avant. On redonne une apparence accueillante et urbaine à un ouvrage qui semblait, malgré sa voie bus, entièrement dédié à l’automobile.

Mais malgré tout, on n’a pas encore les aménagements nécessaires pour tous les usagers. Et c’est dommage car ce pont est au cœur de la zone Centre-ville / Mouillère / Chaprais / Vaîtes, celle qui a le plus fort potentiel en matière de déplacements à vélo à Besançon.

Ajout : En plus, cet aménagement oblige les cyclistes à se mettre dans l’illégalité, puisque dans le sens sortant (de la boucle), si nous ne voulons pas prendre la voie du tram, il ne restera que… le trottoir. Nous sommes opposés à cela. Cela signifierait tout simplement que notre demande a été ignorée, malgré les recommandations du commissaire enquêteur à la fin de l’enquête publique…

PS :

Occupés que nous sommes à parler du pont de la République, nous en oublierions presque la promesse qui nous avait été faite l’année dernière : à partir de la réouverture de ce dernier à la circulation, il devait être possible de limiter à nouveau à deux voies le pont de Bregille et d’y recréer des aménagements cyclables.

Si vous voulez savoir combien de temps il faut à une promesse pour se réaliser, consultez donc cette page.

Ce contenu a été publié dans Locales, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.