Du nouveau avenue Denfert-Rochereau

Cela ne vous aura pas échappé si vous êtes passé par là : la piste cyclable en bas de l’avenue Denfert-Rochereau a été supprimée en fin de semaine dernière.

Pourtant, l’AVB n’a pas organisé cette fois de manifestation ! Voici pourquoi :

Piste remplacée par une voie bus, donc amélioration du confort :

L’objectif est de prolonger la voie bus existante, jusqu’en bas de l’avenue. Ce remplacement d’une piste par une voie bus dans une descente n’est donc pas une perte pour les cyclistes.

Au contraire, cette piste avait quelques défauts :

– Inconfort (signalé mais jamais corrigé) en raison d’un revêtement abimé par l’effacement d’anciennes peintures.

– Fausse impression de sécurité, et vrai danger : tout cycliste habitué de l’endroit a déjà evité au moins une fois l’accident de justesse avec les voitures entrant ou sortant du parking de l’immeuble sans regarder, d’autant plus que le stationnement réduisait la visibilité. L’un de nos adhérents a rencontré récemment une personne qui, elle, ne l’avait pas évité et avait fini aux urgences…

– Non respect de la piste par les riverains ou même les services de la ville : il n’était pas rare de la voir obstruée par un tas de neige enlevée du trottoir l’hiver, ou coupée sans autre solution alternative que le trottoir lors de l’élagage des arbres.

Avec la transformation en voie bus, ces défauts disparaissent.

Création d’une bande cyclable montante :

Ce nouveau changement a rendu nécessaire la suppression du stationnement ! Nous le demandions depuis longtemps afin de libérer la place pour une bande cyclable dans le sens montant. Ces places payantes sur chaussée n’étaient pas indispensables : il y a un grand parking gratuit (certes souvent plein) et un plus petit payant (jamais plein) rue Isembart, juste de l’autre côté de l’immeuble.


La bande cyclable sera bientôt tracée.

Dans ces conditions, nous accueillons très favorablement ce changement. Pour nous, c’est même la suppression d’un point noir.

Réserves :

Il semble toutefois que rien n’est jamais parfait dans ce bas monde, et une interrogation subsiste : comment, en arrivant en bas de cette nouvelle voie bus, le cycliste pourra-t-il traverser et rejoindre la piste sur le pont, qui est sur le trottoir ?

En traversant la chaussée en une fois, comme un bus, on se heurte à la haute bordure du trottoir. Et aller attraper le passage piéton du quai de Strasbourg n’est pas pratique.

Trajectoire logique d'un cycliste en vert
(En vert : trajectoire logique d’un cycliste ayant traversé sur la chaussée.)

Alors vous pensez sans doute utiliser l’ancienne traversée en quatre fois, puisqu’elle a été conservée. Mais aucun accès n’a été prévu depuis la voie bus pour la rejoindre ! Comment fait-on ? On grille le feu pour attraper le passage piéton ? Pas terrible non plus…


(En vert : trajectoire logique d’un cycliste souhaitant atteindre la traversé mixte depuis la voie bus.)

Sur les deux façons de traverser envisageables, aucune n’est donc possible. Il aurait pourtant fallu en prévoir une, et même les deux car elles ont toutes deux un intérêt, selon qu’on souhaite se rendre sur le pont ou sur le quai. On risque donc de voir la même chose qu’aux extrémités du pont de la République : les cyclistes grillent systématiquement leur feu, celui des véhicules, en se basant sur les feux piétons déjà verts.

Par ailleurs, mais ce n’est pas nouveau, un problème similaire se pose dans l’autre sens : la piste sur le trottoir du pont amène les cyclistes sur un passage piéton non bordé d’un cheminement cyclable. Il aurait également été intéressant d’en profiter pour redessiner une trajectoire lisible sur la chaussée en direction de la bande nouvellement tracée.

Conclusion :

Ce changement est important et très positif pour les cyclistes. Malgré tout, on a l’impression que des détails qui ont pourtant une très grande importance pour nous ont été négligés. Cela n’est pas la première fois. Le même genre de chose s’est produit avec l’aménagement du boulevard Diderot (article à venir) et d’autres aménagements dont nous n’avons pas vu les plans en réunion. Bénéficier des plans nous aurait permis de faire nous remarques avant que les travaux soient faits…

Ce contenu a été publié dans Locales, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.