Manifestation à vélo le 9 décembre : inauguration de la saison des pics de pollution

L’Association Vélo Besançon organise
une manifestation à vélo
pour inaugurer les saisons des pics de pollution

CaptureL’objectif de cette manifestation est de sensibiliser les bisontins et d‘interpeller la municipalité sur la problématique des pics de pollutions récurrents tout au long de l’hiver à Besançon. En effet, en hiver les anticyclones, dont les vents faibles ne favorisent pas la dispersion des polluants, sont souvent à l’origine d’inversions de températures : la masse d’air près du sol est plus froide que la couche supérieure. Les polluants sont alors bloqués à basse altitude et ne se dissipent pas bien dans la haute atmosphère.
La pollution automobile est donc plus importante en hiver, surtout par temps froid et sec comme en décembre et janvier de l’année dernière. Et à cela s’ajoute bien sûr la pollution due au chauffage au bois.

La plupart des bisontins sont loin de se douter qu’en vivant à Besançon, première ville verte de France, ils respirent un air plus pollué qu’à Bordeaux, Saint Denis ou Toulouse par exemple. En période de pic, nous atteignons même un niveau de pollution équivalent à Paris et Grenoble.
En 2017, l’air a été déclaré de qualité médiocre à très mauvaise pendant 104 jours à Besançon. La moyenne de pollution aux particules fines est de 20 micro-gramme par litre d’air, soit 2 fois le seuil recommandé par l’OMS.
Les impacts de cette exposition chronique à la pollution de l’air sur la santé sont inquiétants. Elle favorise le développement de maladies chroniques graves, pouvant conduire à des décès. La pollution agit aux niveaux respiratoire et cardiovasculaire, mais également sur des troubles de la fertilité et du développement de l’enfant, des maladies endocriniennes ou encore neurologiques. L’asthme est également développé ou aggravé par la pollution, surtout chez les enfants. D’après l’Institut français de veille sanitaire, la perte d’espérance de vie peut aller jusqu’à 2 ans (15 mois en moyenne) dans les villes de plus de 100 000 habitants polluées comme Besançon.
Améliorer la qualité de l’air se traduirait non seulement par une baisse de la mortalité, mais aussi par une amélioration de la santé et de la qualité de vie significative.

Avec cette manifestation, les cyclistes veulent rappeler que se déplacer à vélo plutôt qu’en voiture, c’est le moyen le plus efficace de lutter contre la pollution de l’air.

Besançon est classée 33ème au top des villes les moins polluées aux particules, très loin derrière Dijon qui se classe 6ème. Pourtant, à l’inverse de Besançon, cette dernière s’est inscrite à l’appel à projet « Ville respirable en 5 ans » qui se traduit pas des mesures très concrètes telles que la mise en place de zone de circulation restreintes (ZCR) et un vrai programme de développement des modes de transport actifs.
Au vue de tout cela, on peut s’interroger sur l’absence d’ambition de Besançon pour sa qualité de l’air.

Rendez-vous samedi 9 décembre à 14h30 place de la Révolution
Départ de la manifestation à vélo à 15h

Nous distribuerons des masques aux cyclistes afin de mettre en scène la manifestation pour marquer davantage les esprits. Nous couperons également un ruban noir pour inaugurer symboliquement l’entrée dans la saison des pics de pollution hivernaux.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Manifestation à vélo le 9 décembre : inauguration de la saison des pics de pollution

  1. Ping : Manif à vélo – AVB – INTERMED'

  2. Adrien dit :

    Les ZCR, c’est le nouveau nom des ZAPA mais c’est la même fumisterie. Un truc qui renforce les possesseurs de voitures récentes dans leurs convictions de rouler « écolo » alors que la voiture, même électrique, reste une catastrophe écologique et le premier facteur d’emcombrement et de nuisances en milieu urbain.

    À l’époque où les ZAPA ont été évoquées, l’AVB s’était positionnée contre : https://asso.velobesancon.info/zapa-2/

    Dommage d’en revendiquer aujourd’hui la création.

  3. DELAVELLE Gérard dit :

    N’a-t-on pas également étouffé à Montbéliard l’an dernier en janvier ?
    Et l’on aborde janvier 2018 sans qu’aucune initiative n’ait été prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *