Dossier tramway : Office du Tourisme – Chamars

(Dernière mise à jour : 25 septembre 2014)

Rappel :

Cet article fait partie d’un dossier complet dont la table des matières se trouve sur cette page, accessible également depuis le menu du site.

Dans cet article, nous suivrons la ligne de tramway de l’Office du Tourisme à Chamars.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous commençons par le Pont de la République, qui n’est pas classé zone 30 d’après le panneau.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est dommage, car dans ce sens, nous devons passer avec les voitures et ce n’est pas très confortable.

Le pont est suffisamment long pour que l’on ressente la pression des voitures. Celles-ci ne peuvent pas nous doubler sans nous frôler, en raison de la hauteur de la bordure entre chaussée et plate-forme.

Une bordure biseautée, ou une même hauteur de la chaussée et du tram, aurait permis aux automobilistes de mordre sur les voies du tram pour doubler les cyclistes (et vice-versa lorsqu’il y a des bouchons).

C’est ce que recommande la FUB dans son ouvrage consacré aux projets de tram (voir page 20), et c’est ce qui fonctionne avec succès à Nantes, par exemple.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le panneau nous interdit de tourner à droite…


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En effet, à droite, il y a une voie pour les voitures, en sens interdit, et les voies du tram qui ne nous sont pas autorisées.

N’était-il pas possible de caser un double-sens cyclable ici ?

La réponse est si. En effet, la photo ci-dessus montre que, même si les potelets compliquent un peu la tâche, il est possible de tourner à droite sur les dalles… Vu la place disponible, on pouvait y créer un aménagement cyclable.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelques mètres plus loin, il n’y a plus la place, car il y a le parc. Mais on peut entrer dans le parking. Une allée de parking est un cheminement tout à fait acceptable pour un cycliste.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous entrons, et suivons l’allée comme le ferait un automobiliste.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À l’autre bout, il y a une petite sortie qui permet de déboucher au niveau du carrefour. Comme la chaussée est ici en plateau, cela fonctionne bien.

Voilà un itinéraire cyclable déjà praticable. Il ne manque qu’un marquage au sol pour le rendre lisible, et une signalisation en entrée.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous traversons ensuite le carrefour en nous basant sur les feux piétons.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous nous engageons le long des voies du tram. Ici, c’est autorisé, et la circulation est apaisée. Pas de problème.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En revanche, un peu plus loin, c’est réservé aux ayant droit…


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

… puis carrément interdit (pas moins de 3 panneaux à la suite).

Mais comme pour l’autre sens, cela n’est pas vraiment gênant. On peut passer par la rue Courbet et c’est même plus court.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Traversée de la place. Pas de signalisation nous interdisant d’en sortir. Ouf.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Passage du pont Battant. On ne le voit pas sur la photo, mais le cheminement théorique pour les cyclistes passe par les contre-allées piétonnes sur les côtés. C’est toute la différence entre théorie et pratique.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On arrive ensuite sur le quai Veil-Picard. Dans ce sens, ce n’est pas autorisé. Y compris sur l’encorbellement, malgré ce qui était avait été dit durant les réunions publiques.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Attention : au croisement qui arrive (au loin sur la photo ci-dessus), vous n’avez pas de feu (puisque vous n’êtes pas censé être là), mais les automobilistes arrivant de droite en ont un. Lorsqu’il est vert, ils passent… Nous retrouverons cette situation plusieurs fois le long de la ligne.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le tronçon suivant est autorisé (petits pavés). Au croisement avec la rue du Port Citeaux se trouve un feu qui mériterait un M12a (cédez-le-passage cycliste pour tourner à droite).


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À nouveau un tronçon interdit…


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour rejoindre le pont Canot, il faut se débrouiller car là encore la signalisation ne prévoit pas le mouvement des cyclistes sortant du quai (puisqu’on n’est pas censés arriver de là). On passe donc comme on peut et quand on peut.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme dans l’autre sens, on passe comme on peut. L’objectif étant de rejoindre la contre-allée un peu plus loin (qui ne comporte, pour l’instant, pas plus que dans l’autre sens la signalisation adéquate).

Comme dans l’autre sens, nous considérons que la moins mauvaise solution pour les cyclistes serait de considérer l’ensemble (contre-allée + trottoir du pont de ce côté) comme une voie verte.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous voici sur la contre-allée, très confortable.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arrivé au bout, il est très facile de tourner à droite sur la bande cyclable.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous retrouvons une bande cyclable confortable, comme à l’aller mais sans les arrêts de bus. Le feu mériterait un M12a.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous trouvons ici le début du jalonnement indiquant Planoise, déjà légèrement caché par une verdure qui commence à pousser.

C’est la fin de cet article. La suite, en direction des Hauts du Chazal, est ici.

Pour rappel, la table des matières est ici.

Ce contenu a été publié dans Agglomération du Grand Besançon, Articles / Actualités, Ville de Besançon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Dossier tramway : Office du Tourisme – Chamars

  1. Sonia Prudham dit :

    J’ai fait une partie de cet itinéraire. Mon objectif : rue de la Préfecture où j’avais un rendez-vous. J’espérais arriver par la rue Nodier, depuis Canot… que nenni ! il faut tourner à droite comme tu fais ici ou s’arranger pour traverser et aller vers Mégevand. J’ai été surprise de ces détours. En voiture, je comprends. En vélo, moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.