De Besançon à Marnay : du ferroviaire au vert

LA-GARE

À l’heure où le ferroviaire revient en force à Besançon avec le tramway, intéressons-nous à un autre aspect de son patrimoine, qui peut lui-aussi retrouver sa place dans la chaîne des déplacements durables actuels.

Nous voulons parler des anciennes voies ferrées, pouvant être transformées en voies vertes.

N’oublions pas, en effet, que l’Association Vélo Besançon est relais local de l’AF3V, et que pour cette raison elle essaie de développer et faire connaître les différentes véloroutes et voies vertes se trouvant à quelques coups de pédales de notre belle ville.

Or, nous avons entendu dire qu’une petite voie verte existait en Haute-Saône toute proche, sur une ancienne voie ferrée. Il n’en fallait pas plus pour aiguiser notre curiosité.

Nous avons donc souhaité aller non seulement y faire un tour, mais également en savoir plus sur l’ancienne voie ferrée concernée : dans quel état est-elle ? Est-il imaginable de la voir transformée en voie verte sur une longueur plus importante ?

La ligne de Besançon à Gray

Exploitée de 1858 à la seconde guerre mondiale, cette ligne en voie unique partait de Besançon et désservait près de chez nous les villages de Miserey, Moncley, Émagny, Brussey, Marnay… et ainsi de suite jusqu’à Gray.

De Besançon à Miserey, vous l’avez peut-être déjà prise sans le savoir : en effet, la ligne était sur les mêmes voies que celle de Besançon à Vesoul, récemment remise en état pour relier la gare TGV à la gare Viotte.

Il n’y a donc rien à espérer sur ce tronçon pour les cyclistes. Le ferroviaire y a repris ses droits.

C’est donc à partir de Miserey que nous avons cherché – et trouvé – la plate-forme de l’ancienne voie.

De Miserey à la LGV : haute tension !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Face à nous : un chemin, longeant la plate-forme. À droite, la ligne remise en service, dont nous voyons les supports de caténaires.

La plate-forme est donc devant nous, mais elle est grillagée. Nous allons donc voir un peu plus loin si l’accès est permis.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passons dessous par un joli pont encore en bon état, puis poursuivons sur le chemin, qui la longe toujours.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus qu’à escalader un talus, et nous sommes sur la plate-forme. La végétation y a repris ses droits, mais pas autant que nous l’aurions imaginé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais voilà pourquoi :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

RFF a judicieusement profité de la présence de cette plate-forme, qui fonce en direction de la LGV, pour y faire passer les câbles d’alimentation électrique de celle-ci.

Ils sont ici enterrés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Non sans mal, nous arrivons à avancer dans la verdure.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Croisement avec un chemin forestier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pont d’un chemin forestier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Surprise : au dessus d’Auxon, nous sommes derrière un grillage.

Nous voici bientôt à la sortie du bois. Devant nous, les câbles sont désormais aériens et entre les poteaux se déroule un chemin qui est une véritable incitation au pédalage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais hélas, un grillage en barre totalement l’accès. Visiblement, la partie où les câbles sont aériens est interdite au public. L’objectif de l’appareil photo sera le seul à se glisser (d’où l’absence du grillage sur l’image). Vélo et cycliste font demi-tour jusqu’au chemin forestier précédent.

Après avoir rejoint la route puis d’agréables chemins ruraux, nous retrouvons la plate-forme un peu plus loin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais là encore, seul l’appareil photo arrive à se glisser. Tout est grillagé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Errant de chemins champêtres en sentiers forestiers, nous recroisons plusieurs fois la plate-forme. Tantôt à niveau, tantôt en dessous…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais pas au dessus, car un pont semble avoir purement et simplement été supprimé en raison de la hauteur des câbles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici, tous les chemins mènent à la LGV (pour Rome, ça doit être possible mais renseignez-vous à la gare d’Auxon).

Des petits chemins revêtus la longent de chaque côté. C’est pratique.

Nous retrouvons notre ancienne voie ferrée et ses lignes aériennes.

Voir une voie ferrée sans ligne électrique, ce n’est pas rare. Voir l’inverse l’est davantage. Ça fait un drôle d’effet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà où vont les lignes électriques. Quant à la plate-forme, elle a purement et simplement disparu ici.

Tous nos espoirs de voir un jour une voie verte sur ce tronçon viennent de s’envoler. Mais qu’à cela ne tienne. Allons voir plus loin.

De la LGV à Émagny : surprise !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous longeons la LGV puis la franchissons par un pont non loin de là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous longeons à nouveau la voie, sur l’autre rive et dans l’autre sens, à la recherche de la suite de la plate-forme ferroviaire.

C’est tranquille. Il n’y a aucun trafic motorisé. À l’exception de celui-ci mais il ne risque pas de nous écraser…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ça y est, nous apercevons la plate-forme. Et là, surprise !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un panneau voie verte se trouve devant nous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voici donc une voie verte dont nous ignorions l’existence.

Son revêtement exclut d’office les rollers, fauteuils roulants et vélos de course. Mais avec un vélo fait pour les routes et les chemins ça passe bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce banc semble avoir été déposé là par quelqu’un du coin plutôt que par un aménageur. Nous n’en verrons aucun autre et ce n’est pas le genre de banc qu’on trouve habituellement le long des voies vertes. Mais ce n’est pas une mauvaise idée !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le revêtement est assez roulant, tant qu’on reste dans les traces existantes.

C’est similaire à la voie verte qui descend de l’Hôpital-du-Grosbois en direction d’Ornans, si vous connaissez.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Joli pont.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Passage à niveau… »

Bien qu’il y ait encore un panneau voie verte ici, le revêtement est plus grossier après le croisement. Il semble ne pas y avoir eu vraiment de volonté d’aménager. Ça passe mais c’est moins roulant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’ailleurs, la signalisation n’est plus la même :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus de panneau voie verte, mais un panneau interdisant l’accès des véhicules à moteur (ce qui revient à peu près au même).

Il ne semble pas non plus y avoir d’entretien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Soudain, une forte odeur se fait sentir. Qu’est-ce donc ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous longeons le tristement célèbre élevage de visons d’Émagny qui a déjà fait l’objet de plusieurs manifestations pour sa fermetures.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Parfois, le revêtement est tellement grossier qu’on se demande s’il ne reste pas du ballast d’époque. Un peu plus loin, c’est carrément de l’herbe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gare d’Émagny.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ancien passage à niveau. Attention aux rails.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Maison de gardes-barrières.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aménagements cyclables dans la rue principale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au croisement suivant, nous découvrons qu’il a été tenu compte de la plate-forme d’un côté de la route mais pas de l’autre. Curieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bordure de 20 cm de haut.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous nous engageons sur ce dernier tronçon recouvert d’herbe, mais…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À moins d’être un aventurier, il n’est pas possible de traverser l’Ognon pour gagner la Haute-Saône.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dommage, car la voie verte dont nous avions entendu parler et qui nous a amenés ici n’est plus très loin.

De Pin à Marnay : la voie verte

Nous rebroussons chemin en direction du village, et gagnons la Haute-Saône par la route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est toujours bien de trouver des campings le long des itinéraires potentiellement aménageables en véloroutes ou voies vertes… Malheureusement, celui-ci semble fermé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’Ognon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous commençons par prendre la direction de Marnay, avant de bifurquer rapidement sur ce chemin :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La plate-forme est là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous retrouvons notre pont.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais sur la plate-forme, c’est la jungle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous suivons donc la plate-forme sur un chemin parallèle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voici rapidement un autre pont, similaire au précédent mais plus court. Il enjambe deux chemins, séparés par une rigole, et depuis où nous sommes nous apercevons quelque chose…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous franchissons la rigole. Pour cela, il faut passer deux fois sous le pont.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a bien ici – au milieu de nulle part puisque le seul accès est celui que nous avons pris – un chemin qui monte sur la plate-forme.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous voici sur celle-ci. D’un côté, le pont qui a été barré.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De l’autre, une voie en stabilisé bien roulant qui n’attend que nous.

C’est parti.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malheureusement, des barrières en chicane nous coupent dans notre élan.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ça passe aisément, mais il est tout de même nécessaire de ralentir fortement pour les franchir, et donc de relancer ensuite.

Dommage. Il faudrait que cela soit comme sur la véloroute du Doubs, où sauf cas exceptionnel l’une des deux demi-barrières est ouverte.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une maison de garde-barrières qui a été bien agrandie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y aura ces barrières à tous les croisements, même quand on croise un chemin de terre. C’est vraiment dommage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vestige ferroviaire qui dépasse du sol !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous longeons la route, en toute quiétude et sécurité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’arrêté réglementant la circulation sur la voie verte est affiché.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vestiges de rails, une nouvelle fois.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Maison de gardes-barrières camouflée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jolie idée, ce présentoir qui donne une documentation sur le milieu naturel traversé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petit passage technique : le ruissellement des eaux a endommagé le revêtement juste sous les barrières.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Prochain passage à niveau à 300 mètres…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les barrières sont très bien… quand il en manque une.

L’aménagement se termine ici. Mais la plate-forme est encore praticable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre voyage s’arrête en gare de Marnay.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La plate-forme semble encore praticable mais nous ne sommes pas allés au delà. En effet, comme on peut le voir sur les photos (et cela explique en partie leur qualité médiocre), ce reportage a été fait en fin de journée et il fallait reparcourir dans l’autre sens la petite trentaine de kilomètres nous ayant amenés ici.

Nous sommes rentrés à la nuit tombée, et avons testé pour le retour un itinéraire qui pourrait être balisé sur des routes à faible trafic pour rejoindre la voie verte depuis Besançon.

Il consisterait à sortir de la ville par l’itinéraire centre-ville-campus, puis à passer par les Montboucons puis Pelousey.

Conclusion

Nous voulions parcourir une voie verte, et souhaitions savoir si le reste de la plate-forme était aménageable.

Nous avons découvert qu’une partie de celle-ci était déjà aménagée – compensant ainsi la déception de voir que le premier tronçon ne pourrait sans doute jamais l’être.

Alors certes, l’aménagement est minimal et il mériterait d’être amélioré. Mais ce n’est pas tous les jours qu’on tombe sur une réalisation déjà praticable, qui précède notre demande.

Quant à la voie verte qui était l’objectif de ce voyage, elle est très correcte pour un aménagement réalisé par une petite communauté de communes. Quelques détails pourraient toutefois être améliorés, comme l’ouverture d’une demi-barrière sur deux et l’enlèvement des morceaux de rails qui dépassent et pourraient constituer un danger pour un cycliste non expérimenté (enfant…).

Reste à faire de tout cela quelque chose de cohérent, et à le promouvoir pour que l’itinéraire connaisse le succès qu’il mérite.

Cela pourrait être fait en mettant en place une signalisation et en prolongeant l’itinéraire par des liaisons sur routes à faible trafic vers Besançon d’un côté, et Gray ou Pesmes de l’autre. Une belle liaison touristique, facile à réaliser et peu coûteuse, entre la Véloroute des Rives de Saône et l’Eurovéloroute 6

À suivre…

Carte

La carte ci-dessous présente l’ancienne voie ferrée, avec les tronçons aménagés ou non, et les liaisons possibles sur routes pour relier entre elles, et avec Besançon, les sections aménagées.

carte_ensemble

Cliquez sur la carte pour visualiser une version plus grande et plus précise.

Les deux versions de la carte ont été intégralement réalisées avec le logiciel libre QGIS et les données d’OpenStreetMap (mises à jour par nos soins au préalable).

Source de l’illustration.

La photo de la gare de Brussey vient du blog de ce village, sur lequel vous trouverez également un article sur la voie verte.

Ce contenu a été publié dans Pas encore publié dans le Rayon, Région de Franche-Comté, Véloroutes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à De Besançon à Marnay : du ferroviaire au vert

  1. Holder Louis dit :

    Magnifique travail d’exploration bien illustré à chaque stade !

  2. PLANCHE dit :

    Félicitations pour votre travail très complet accompagné d’un grand nombre de photos
    ce qui nous permet de nous rendre compte du travail à réaliser.
    Je connais une ancienne voie ferrée dans le Jura à Lons le Saunier qui passe par Verges qui est dans le même état et qui pourrait être aménagée en voie verte.
    Encore bravo pour votre reportage.
    Dans notre région le conseil général travaille pour aménager les rives de la Seine.
    Déjà « la Seine à vélo » est réalisée de Paris à Triel sur Seine, prolongation prévue jusqu’en limite des Yvelines (peu avant Vernon).
    Alain Planche 9 bis rue des cèdres 78580 Bazemont

  3. AVB dit :

    Merci pour vos commentaires. 🙂

  4. bruno dit :

    Bravo pour votre reportage fidèle à la réalité.
    Pour la suite du voyage, là ou s’ arrêtent vos photos, vous pouvez continuer, toujours sur l’ ancienne ligne du train, jusqu’ à Chenevrey, puis en direction de Sornay, mais à mi-chemin, l’ agriculture a repris ses droits.
    Après Sornay, l’ accès à Montagney se faisait par une tranchée, toujours visible, mais en friche.
    Pour Alain Planche, la voie que vous citez, passant par Verges, il s’ agit de l’ ancienne ligne Champagnole- Lons, et vos voeux ont été exhaussés ! voyez plutôt:
    http://chris.petiot.free.fr/voie_verte_est.htm ( merci à Chris Petiot pour son super reportage !) ça donne envie, hein ? Allez-y, c’ est grandiose!
    Comme quoi, avec la volonté politique, on peut faire de belles choses…
    Bonnes balades et bonnes découvertes à tous !
    Bruno

  5. AVB dit :

    Merci pour votre commentaire. En fait je (l’auteur de l’article) suis retourné parcourir la voie ferrée quelques mois après avoir rédigé cet article. La plate-forme est effectivement praticable sur plusieurs kilomètres encore après Marnay, moyennement quelques petits passages sur route.

    Je me suis arrêté juste avant Sornay, là où l’agriculture a repris ses droits. Mais j’aurais pu poursuivre encore davantage. Il faut qu’un jour je parte le matin et la suive jusqu’à Gray.

    • bruno dit :

      Bon courage ! Car après Montagney, il n’ y a plus rien. La maisonnette au lieu-dit  » les aigles » ( Chaumercenne) sur la D12 rapelle que le train passait par là, mais sinon…
      Quelques chemins à tracteurs empruntent l’ ancien tracé.
      Par contre, si vous partez dans l’ autre sens ( ligne Montagney- la Barre), prenez la direction Bresilley, une maisonette au milieu des champs, tournez à gauche , vous voila sur la ligne du train, un magnifique viaduc enjambe
      l’ ognon et vous conduit devant l’ abbaye d’ Acey … Tip-top ! 🙂

      • AVB dit :

        Merci pour ces infos !

        Les vues aériennes de Google Maps confirment ce que vous dites : on voit qu’entre Montagney et Gray il n’y a plus grand chose (mais on devine encore le tracé, par exemple par des changements de couleur dans les champs ou les bois).

        Dans ce cas, je ferai comme pour la partie ou la plate-forme était grillagée : je prendrai les routes les plus proches et je m’arrangerai pour la croiser.

        Merci pour les infos concernant la ligne qui allait à La Barre. Il faudra que j’aille voir aussi.

        • bruno dit :

          Si vous allez jusqu’ à La Barre ( par Gendrey, donc) vous avez l’ ancien dépôt de locomotive à droite
          ( aujourd’ hui une entreprise de palettes).Prenez à gauche, passez sous l’ actuelle ligne dijon- besançon grâce au pont au-dessus de votre tête.
          A ce moment précis, vous êtes toujours sur le tracé de la ligne, il vous emmènera au Doubs ou vous retrouverez l’euro veloroute n°6.
          Un tunnel de la ligne Montagney Fraisans est praticable le long de cette véloroute, à Ranchot.
          Bonne balade !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.