Besançon – Freiburg, une destination pour tous !

Départ pour FreibourgDans le cadre de l’opération « Familles Actives pour le Climat »*, un voyage vélo a été organisé de Besançon à Freiburg. Au total, 8 cyclistes francs-comtois ont participé à ce voyage, accompagnés de 2 voitures de ravitaillement. L’AVB a rencontré 3 d’entre eux : Jean-Paul Brayer, Alain Duc et Philippe Vautrin (référent technique et sécurité).


Aviez-vous déjà fait des voyages à vélo avant Besançon – Freiburg ?

Jean-Paul Brayer : Oui. J’ai fait Grenoble – Dijon en VTT sur 5 jours. Mes étapes étaient de 50 à 60 km par jour (80 km maximum). J’étais seul avec un bagage léger (petit sac à dos).
Alain Duc : Oui, il y a 15 ans, de Thise à Preungesheim (à côté de Francfort). J’étais avec ma femme. J’avais sous-estimé une contrainte : après une longue journée de vélo, c’est dur d’avoir des chambres disponibles sans réservation préalable ! Malgré cela, je suis toujours avec la même femme !
Philipe Vautrin : J’ai plutôt fait des parcours à la journée quand j’habitais à Grenoble (60 – 90km). C’est donc ma première expérience de voyage organisé en groupe.

Comment avez-vous préparé votre voyage en groupe et individuellement ?
JPB : Je connaissais les étapes en gros. J’ai réadapté un VTT de mon fils. J’ai ai acheté un porte-bagage et une sacoche. Je fais régulièrement du vélo (environ 70km dans la journée). J’étais donc physiquement prêt.
PV : Dans le cadre de l’équivalent allemande de l’opération « Familles Actives pour le Climat », les Fribourgeois sont venus à Besançon en mai 2012. L’objectif de ce voyage était convivial pour échanger et faire découvrir nos villes respectives.
AD : Deux réunions ont été organisées à l’initiative de la Ville de Besançon pour désigner des référents (itinéraire, logistique, technique et sécurité) et planifier l’organisation du voyage. La Ville a été impliquée pour la préparation et la communication.

Avez-vous suivi l’itinéraire prévu au départ ?
PV : Quasiment tout de suite après le départ, l’itinéraire prévu a changé : la véloroute était inondée ! On a donc dû faire des détours à cause de nos péripéties aquatiques !
AD : L’équipe est arrivée au complet jusqu’à la frontière. Pour l’anecdote : nous avons perdu l’un des membres du voyage pendant près de 4 heures ! Pour la dernière partie du voyage, les Allemands nous ont pris en charge après la frontière !

Une partie de la véloroute innondée

Est-ce que ce voyage à vélo était agréable ?
AD : Je n’ai ni émis ni entendu de plaintes !
PV : Mis à part les batteries de mon vélo à assistance électrique (VAE) qui se déchargeaient plus viteque prévu.

Quelles ont été vos principales difficultés ?
PV : Les imprévus du départ avec les intempéries et la véloroute barrée. Comme souvent dans ce genre de situation, cela a cimenté le groupe.
AD : À noter, une difficulté non prévue aussi : nos ronflements lors de la première nuit en dortoir !


Quel type de vélo (classique ou VAE) ?

JPB : J’ai équipé mon VTT de façon à être en autonomie complète sans recourir aux voitures de ravitaillement. J’avais des sacoches pour un poids d’environ 20kg. C’était un excellent test pour de futures randonnées en autonomie.
AD : J’avais mon vélo de course habituel avec une sacoche de guidon et un petit sac à dos. Mes bagages étaient pris en charge par des voitures d’accompagnement.
PV : J’avais un VAE avec une batterie de secours. Malgré cela, l’énergie des batteries n’était parfois pas suffisante et j’étais au final assisté par les autres cyclistes qui m’entraînaient quand la batterie était vide ! Le voyage a permis de tester l’autonomie de la batterie et du VAE sur un parcours à étape. Dans mes sacoches, j’avais donc des outils et du matériel pour dépanner mais aussi des vivres !

Plus largement que pensez-vous de la place du vélo à Besançon par rapport à Freiburg  (aménagements, pistes cyclables…) ?
AD : Y’a pas photo : il suffit de passer la frontière pour constater la différence. A Freiburg, la circulation à bicyclette est bien aménagée, même en dehors de la véloroute !
PV : La pratique du vélo semble intégrée tant dans les aménagements que les comportements des différents usagers de la route.
JPB : La différence est perceptible dès Montbéliard….
PV : En Allemagne et aux Pays-Bas, le vélo est un mode de transport à part entière. En France, cela reste plutôt un loisir dans l’inconscient collectif.

Les cyclistes en discussion

Circulez-vous souvent à vélo dans Besançon ou dans votre ville ?
PV : Pour mes trajets professionnels, j’utilise principalement une voiture comme je transporte du matériel. Dès que je peux me passer de mon véhicule, je prends les transports en commun ou mon vélo. La configuration topographique de Besançon a conforté mon choix d’acquérir un VAE. Je l’utilise pour certains trajets. J’ai installé un siège enfant derrière et peux ainsi transporter mon enfant de 5 ans. En revanche, les pistes cyclable sont parfois discontinues. Ce qui m’oblige à revenir sur mes pas ou plutôt sur mes roues…
AD : Je fais du vélo pour pouvoir aller au restaurant ! Plus sérieusement, je considère qu’il est difficile de concilier activité professionnelle avec un rythme soutenu et déplacement à vélo (NDLR : C’est son opinion, mais en réalité le vélo, éventuellement électrique, est la seule façon d’être efficace si l’on a de nombreux déplacements professionnels à faire en ville. Un vélo pliant permet par ailleurs la combinaison avec le train ou la voiture en cas de besoin.) Même si de plus en plus de pistes cyclables existent dans Besançon, je rejoins Philippe Vautrin sur l’aménagement parfois incohérent de certaines. Sinon, reconnaissons que la véloroute est géniale !
JPB : J’habite à Pouilley-les-Vignes. Aucune piste cyclable ne me permet d’aller en vélo jusqu’à Besançon. C’est vraiment un manque pour de nombreux cyclistes. Durant ce voyage, j’ai vraiment apprécié le fait d’emprunter en majorité des pistes cyclables !

Est-ce que le voyage Besançon – Freiburg aller / retour est accessible aux personnes peu entraînées ?
AD : Oui le voyage est accessible avec un minimum d’entraînement tout de même.
JPB : C’est l’avantage de la véloroute qui est quasiment plate et sans voiture.
AD : Pour réaliser ce voyage, le vélo idéal est un VTC relativement léger avec des pneus fins de vélo de course. (NDLR : Des pneus en 35 sont tout à fait adaptés. Seuls les crampons sont à éviter.)
PV : La position sur le vélo est aussi importante. Il faut bien régler son vélo, plus particulièrement la hauteur de selle et du guidon pour un avoir bon confort et limiter la fatigue.

Alors quels sont vos prochains voyages ?
AD : J’emprunterai bien la véloroute en direction de Nevers (Nièvre).
PV : Moi, j’aimerai bien faire Besançon – Grenoble.
JPB : J’ai prévu de réaliser un tour de Bourgogne en avril. À plus long terme, j’envisage un voyage jusqu’en Grèce.

* L’opération « Familles Actives pour le Climat » a été initiée en 2009 par la ville de Besançon et le Grand Besançon. L’objectif est de sensibiliser et de former plusieurs familles à la maîtrise de l’énergie dans l’habitat et la mobilité, à la gestion des déchets et à l’amélioration de la qualité de l’air intérieur.

Pour vous lancer !
www.eurovelo6.org/

Propos recueillis par Béatrice Ménétrier, Marc Raymond et Hélène Mori pour l’AVB.

Ce contenu a été publié dans Agglomération du Grand Besançon, Articles / Actualités, Conseils pratiques, Europe, Pas encore publié dans le Rayon, Rayon, Véloroutes, Ville de Besançon, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.