Prises de position

Voici les réponses à quelques questions qu’on nous pose souvent.

1. Que pensez-vous de VéloCité ?

Nous y sommes favorable et l’avions même suggéré. Nous avons juste quelques réserves à exprimer.

Pour :

– Ce service a redonné une visibilité et une crédibilité au vélo en ville, et a fait progresser le nombre de cyclistes (les usagers du service, mais aussi les autres par effet d’entrainement).
– La volonté de relier entre elles certaines stations nous a fait gagner quelques aménagements cyclables bien utiles.

Réserves :

– Avoir confié le service à un géant de la publicité est dommage. D’autres villes ont fait autrement.
– La zone de couverture du service et trop restreinte et difficile à étendre (conséquence du point précédent).
– Répartition des vélos entre le stations pas toujours satisfaisante.
– Dysfonctionnements.
– Disparition du lecteur de cartes bleues de certaines stations.
– Conséquence : service utile pour faire ses courses ou sortir en ville (et c’est déjà bien), mais sur lequel on peut difficilement compter pour un usage professionnel avec des horaires à respecter.

2. Ne trouvez-vous pas que les cyclistes font n’importe quoi ?

Cela revient souvent à nos oreilles, et nous déplorons également le comportement de certains cyclistes, qui pour certains mettent en danger autrui et donne une mauvaise image des cyclistes. Toutefois, généraliser le comportement de certains à tous les cyclistes n’est pas constructif. Dans tous les domaines on trouve des personnes irrespectueuses, et les chiffres de la sécurité routière montrent bien que les automobilistes ont aussi leur lot de chauffards.  Or, un non respect du code de la route en voiture ou avec tout engin motorisé peut avoir des conséquences bien plus graves que lorsque le non respect vient d’un vélo.

Par ailleurs, il est important de noter que certains comportements irrespectueux du code de la route sont favorisés par des infrastructures routières inadaptées aux vélos:

  • Il est par exemple intéressant de savoir que certains feux ne se déclenchent qu’au passage d’un véhicule d’un certain poids et que le vélo ne les déclenche pas. Que faire? Attendre qu’une voiture arrive?
  • Avez-vous remarqué que certaines pistes cyclables se terminaient brutalement sur un trottoir ou une file de voitures en stationnement? Ici, le cycliste qui découvre l’endroit n’aura d’autre choix que de faire un écart dangereux.
  • Les cyclistes sur les trottoirs: nous déplorons vivement ce manque de civisme! Mais, il arrive qu’une bande cyclable ou un panneau oriente le cycliste sur le trottoir, ou alors certaines rues ont 2 voies pour les voitures, mais pas un seul passage pour les cyclistes.
  • Enfin, revenons aux « origines ». Vous êtes vous déjà interrogés sur l’origine des feux tri-colores? Pourquoi a-t-on mis en place tant de panneaux de signalisation? Réponse; pour les engins motorisés! Piétons et cyclistes ont dû s’adapter aux envahisseurs qui ne leur ont guère laisser de place pour se mouvoir en toute sécurité…

Enfin, en tant qu’association de cyclistes, notre objectif est de défendre les cyclistes, mais aussi de développer cette pratique. Or, même si nous ne sommes pas responsable des comportements inciviques des cyclistes, il dans notre intérêt que ces comportements diminuent afin d’améliorer encore l’image de la Petite Reine, et dans la limite de nos moyens humains et matériels, nous mettons en oeuvre des actions de sensibilisation aux problématiques évoquées ici.

3. Que pensez-vous des cyclistes qui roulent sans éclairage ?

Il y en a trop et c’est dommage (et dangereux).

Cela s’explique par la mauvaise qualité des éclairages de vélos vendus en France.

Pour lutter contre ce problème, notre association organise une fois par an une action de sensibilisation des cyclistes à l’importance de l’éclairage.

4. Quelles sont vos relations avec la municipalité ?

Question qui revient très souvent, parfois associée à des reproches. Certains nous trouvent trop conciliants. D’autres trop virulents.

Tout ce que nous voulons, c’est défendre notre cause. Donc cela veut dire faire pression sur les élus (manifestation, presse, etc.). Mais cela veut dire aussi essayer de travailler en confiance avec les services de la ville, et savoir reconnaître qu’ils font du bon travail lorsque c’est le cas. Et reconnaître aussi quand des élus nous écoutent, même s’il ne s’agit que d’un ou deux d’entre eux.

5. Quelle est votre opinion sur le tramway ?

L’association n’a pas pris position, car les avis de ses adhérents étaient trop différents pour obtenir un consensus.

Pour :

– C’est l’occasion de développer une alternative performante à la voiture.
– C’est l’occasion de reprendre de la place à celle-ci.
– C’est l’occasion de faire beaucoup de travaux de voirie donc de nouveaux aménagements cyclables.

Contre :

– Ça coûte beaucoup d’argent par rapport à l’utilité réelle. Avec de la volonté politique, on aurait pu répartir le même budget entre les transports en commun (pourquoi pas davantage de sites propres bus) et les vélos (développer un vrai réseau cyclable).
– Bien qu’on mette en place un tramway, on ne fait rien pour dissuader les gens d’aller au centre-ville en voiture. Un parking souterrain démesuré a été réalisé sous l’îlot Pasteur, ce qui n’a aucun sens.

3 réponses à Prises de position

  1. REGAZZONI Jean Pierre dit :

    Bonjour,
    Piéton, cycliste, motard, automobiliste, … et autres moyens de locomotion sur l’eau, je suis très en colère contre les cyclistes, beaucoup de cyclistes :
    – les sens interdits (en moto des fois j’aimerais bien)
    – non respect des feux rouges (la tolérance tourner à gauche ou à droite, n’est pas l’autorisation de griller le feu en général
    – rouler sur le trottoir alors qu’il y a des pistes cyclables (le pont place Leclerc)
    – rouler sans éclairage le matin de bonne heure et en soirée (le soir de la manif autour du rond point de Rivotte l’année dernière, j’étais bloqué dans le couloir sortant du tunnel et j »ai vu beaucoup de cycliste sans éclairage)
    – vitesse excessive sur les trottoirs au milieu de piétons alors qu’aucun couloir n’est tracé, je rappelle que le vélo est un véhicule et sauf autorisation municipale,
    – vitesse excessive rue piétonne, même le samedi…
    J’ai terminé, je réside au centre ville, je circule à pied et avec les transports urbains.
    L’avenue Fontaine Argent est à sens interdits alternés, sur les panneaux sont indiqués : sauf TRAM et non sauf cyclistes, comme certains autres panneaux. Les vélolibs installés aux deux extrémités de la rue encouragent – ils les incivilités. Les feux ne sont pas fait pour les véhicules, mais pour le TRAM, quand je sorts de la rue de Beauregard, je m’engage au feu vert, je suis obligé de laisser passer un vélo qui arrive de la droite sans feux tricolores (mais aussi les voitures civiles, de police, police municipale, poubelle, services en tous genres) d’accord problème de gestion municipale. Je rappelle tout de même aux cycliste qu’une violation du sens interdit est sanctionné par le code de la route et que les trottoirs parfois, ne sont pas assez larges pour être partagés.
    Arrêté de vous comportés en martyrs, soyez plus constructifs et respectueux des autres et du code de la route.
    Ensuite vous pourrez discuter, proposer et demander des aménagements dans un ville qui est tombée sur la tête avec son plan de circulation, pardon de bouchons en tous genres. En bus aux heures de pointes c’est de la folie, pas plus rapide que les voitures, qui très peu de parkings pratiques aux entrées de la ville, avec des dessertes vraiment pensées, rejoindre THEMIS pour prendre un bus peut-être toute une aventure.
    J’ai terminé, désolé d’avoir été aussi long, je pense faire la même chose sur le site de la ville.
    Bon courage, bonne chance.
    Salutation d’un piéton!
    JPR

    • geoffrey dit :

      Bonjour,
      On accuse à tout va les cyclistes d’incivilité d’une part
      et de l’autre part on leur refuse considération car ils représenteraient une trop faible part des déplacements…
      (ce n’est pas ce que vous dites mais ce sont les propos que l’on retient sans arrêt à chaque fois que nous revendiquons une meilleure considération !)

      Alors est-ce que la ville est sous l’emprise d’une minorité de conducteurs d’engins non motorisés ?
      Nous ne cautionnons absolument pas les conduites qui mettent en danger la sécurité des autres usagers,
      – comme rouler sur les trottoirs quand on peut rouler sur la chaussée
      – comme prendre les voies cyclables en contre-sens
      – comme rouler trop vite là où l’afflux de piétons est trop important.

      Nous aimerions aussi que les cyclistes prennent soin d’eux et de leur monture,
      – fassent en sorte d’être un minimum visibles (éclairage actif certes, mais les systèmes réfléchissants sont bien aussi efficaces en ville qu’une veille lampe à dynamo poussive)
      – adoptent une conduite qui préserve leur sécurité (mais à certains endroits où l’on ne prévoit pas leur présence cela signifie griller les feux automobile et profiter des feux verts piétons. cf rue de la République – Pont de la République)
      – mangent bio, choisissent un travail épanouissant et recyclent leurs déchets
      et toutes les choses qui font qu’un bon cycliste est un cycliste vivant, en bonne santé et qui reste cycliste et donne envie aux autres de le devenir ou de le rester.
      Mais tout cela reste hélas de la responsabilité de chacun, et on ne peut assurément amalgamer tous les cyclistes d’un bloc pas plus qu’on ne peut le faire avec les automobilistes (qui utilisent leur téléphone au volant, se garent n’importe où, jettent leur déchets par la fenêtre, et font des nuages de suie au démarrage),
      pas plus qu’on ne peut le faire avec les piétons (qui utilisent leur téléphone en marchant, traversent des voies sans regarder ce qui vient, jettent leur chewing gum par terre, et fument négligemment au milieu de la foule)…

      Vous avez raison, parlons infrastructures plutôt que de parler comportements individuels. Car si l’on peut peu de choses quand à la volonté de chacun à suivre de bonnes conduites, on peut faire en sorte qu’elles soient minimisées par la prise en compte de la présence de chacun et des besoins réciproques. Il y a beaucoup de piétons à Besançon et c’est une très bonne chose, et nous tâchons de ne jamais demander d’aménagements qui aillent à l’encontre de leurs intérêts. Nous sommes pour la légalisation des vélos sur tout l’itinéraire du tram qui n’a pas été doublé d’un itinéraire cyclable, plutôt qu’ils roulent sur les trottoirs, mais cela butte à cause de la réglementation nationale. Nous sommes très mitigés sur les voies vertes implantées en pleine ville comme le long du boulevard Droz, c’est du bricolage qui n’est ni lisible, ni pédagogique vis à vis de l’utilisation des trottoirs, ni pratique pour les cyclistes. On notera que dans l’autre sens l’itinéraire le plus intuitif et sûr est de traverser le parc Micaud qui peut être bondé de piétons.

      Si vous aussi voulez faire en sorte que les rues soient pacifiées, silencieuses, soient un lieu de vie, de rencontres plutôt qu’un simple lieu de transit, rejoignez-nous! Nous partageons l’intérêt que la voiture individuelle sorte progressivement de nos villes et de nos vies. Nous tâchons de représenter cyclistes et piétons, mais nous gagnerions sans doute à avoir davantage de piétons parmi nos bénévoles.

    • AVB dit :

      En complément de la réponse de Geoffrey, déjà très pertinente :

      – Les sens interdits sont pour la plupart autorisés aux cyclistes (avec la signalisation adéquate). Ceux qui ne sont pas autorisés pourraient l’être sans danger dans la grande majorité des cas même s’il existe des exceptions. Nous ne serions pas contre l’idée d’en autoriser certains aux motos, mais ce n’est pas notre rôle de militer pour cela. Voyez ça avec la FFMC.

      – D’accord avec vous sur les feux. Mais à l’AVB, nous les respectons.

      – Pareil pour les trottoirs (qu’il y ait ou non une piste cyclable, mais c’est vrai que c’est plus agaçant de voir les cyclistes sur les trottoirs quand il y en en a une… et encore plus quand vous êtes à l’AVB et vous êtes battu pour qu’elle existe !).

      – Pour l’éclairage, voir ce que nous avons écrit plus haut dans l’article. C’est pénible de voir tant de cyclistes sans éclairage, mais à part si on a un vélo équipé d’une dynamo (vélo ancien, ou vélo haut-de-gamme à moyeu dynamo), trouver un bon éclairage de vélo en France est un véritable combat que tout le monde n’a pas la motivation de mener. Par contre, citer une manif est un mauvais exemple : dans de telles circonstances, le peloton est tellement visible qu’il n’est pas nécessaire de garder son éclairage allumé. Beaucoup l’éteignent pour économiser leurs batteries, et le rallumeront une fois la manif terminée.

      – D’accord avec vous sur les vitesses excessives, mais il faut aussi que les piétons fassent l’effort de ne pas bloquer les cyclistes dans les rues piétonnes.

      – Pour l’avenue Fontaine-Argent, ce ne sont pas les cyclistes qui sont en faute mais l’agglomération qui ne fait pas le nécessaire pour officialiser le passage des cyclistes dans les deux sens sur toute la longueur de la rue. Cette circulation est strictement nécessaire, et sans danger (ou en tout cas, sans plus de danger que là où elle est autorisée). Effectivement, en attendant qu’une signalisation correcte soit posée, la courtoisie est de rigueur et il vaut mieux laisser passer les cyclistes lorsque l’on sort de la rue Beauregard, car ils n’ont pas de signalisation.

      – Nous ne nous comportons pas en martyrs. Heureusement. Si vous pensez qu’on n’est pas constructifs, venez avec nous en réunion à la voirie. Parler sans savoir n’est pas constructif non plus.

      – Ce n’est pas le plan de circulation, qui crée des bouchons. Ce sont les automobilistes.

      – Envoyez ce genre de message sur le site de la ville n’a rien de constructif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *