Feux rouges : faire confiance aux cyclistes !

Il y a deux ans, était publiée, en France, une vidéo expliquant, exemples à l’appui, que dans certaines situations, il était plus sécurisant pour les cyclistes de franchir les feux au rouge qu’au vert.

L’objectif étant d’expliquer l’intérêt des panonceaux de « cédez le passage cyclistes », dans tous les sens et pas uniquement pour tourner à droite ou aller tout droit, et d’inciter les collectivités à les installer.

La voici.

Il est intéressant de préciser que c’est le ministère de la transition écologique qui a publié cette vidéo tout à fait officiellement, et non pas une simple association de cyclistes.

Malgré cela, elle semble n’avoir eu que peu de retentissements.

Peu de villes ont installé des panneaux de « cédez-le-passage cycliste » dans d’autres directions que le « tourner à droite » ou le « aller tout droit » dans les carrefours en T (qui étaient les deux seuls mouvements autorisés au départ, avant la publication de la vidéo).

À Besançon, où en est-on ?

Dans notre ville ont été installés, quasiment dès que ça a été légalement possible, des panneaux pour aller à droite (ou tout droit dans des carrefours en T), sur presque tous les carrefours à feux de la ville. De plus, cela a été fait en concertation avec notre association, de manière exemplaire, ce qu’il n’est jamais désagréable de signaler.

Il y a eu toutefois des exceptions :
– Les carrefours concernés par le tram, qui ont été traités plus tard (on s’est même demandé pourquoi ça a pris autant de temps après la mise en service du tram… mais enfin c’est fait).
– Certains carrefours avec des grands axes de circulation jugés « sans cyclistes » comme le boulevard Blum, où cela n’a pas été jugé nécessaire.

Depuis, aucun panneau supplémentaire n’a été installé à notre connaissance, à part le long du TCSP entre la gare Viotte et Temis, où il existe même au moins un panneau qui n’est pas un simple tourne à droite (celui, place Leclerc, qui autorise à passer le feu rouge pour prendre la piste cyclable quand on vient du pont de Montrapon).

Il serait sans doute opportun de se re-pencher sur ce sujet, car il existe des carrefours où les cyclistes ont tout intérêt à passer au rouge, et pas juste pour tourner à droite. Citons par exemple l’insupportable place Flore, où respecter les feux chaque jour peut conduire à perdre pas loin d’une heure par mois, sans aucun gain pour sa propre sécurité ni celle des autres. Citons aussi la place René Payot où, quand on vient du boulevard Diderot, il serait bon d’être autorisé à franchir le feu rouge pour emprunter la voie verte qui traverse (même configuration que celui de la place Leclerc cité ci-dessous). Citons encore la rue de Belfort, au croisement avec la rue du Chasnot, où il est toujours possible de passer au rouge quand on va tout droit, car la visibilité réciproque avec les voitures qui débouchent de la droite est totale. La liste pourrait être fortement allongée…

Alors, on se repenche sur le sujet ?

Et dans l’agglo, hors Besançon, qu’en est-il ? Il y a certes moins de carrefours à feux, mais il y en a…

Ce contenu a été publié dans Articles / Actualités, Ville de Besançon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.