2 nouvelles rues aménagées

Vous l’avez peut-être déjà remarqué, 2 nouvelles avenues ont maintenant un aménagement cyclable à Besançon :

avenue gaulard

 

avenue gaulard 3avenue gaulard 2

La nouvelle bande cyclable de l’avenue Gaulard

 

avenue Foch La nouvelle bande cyclable de l’avenue FochFosh descenteavenue foch2

 

Au total, environ 12km de trajectoires cyclables ont été réalisés en 2017. Tous les aménagements ne sont pas entièrement satisfaisants, nous regrettons par exemple que la CAGB n’ait pas privilégié des bandes cyclables à la place des voies vertes sur trottoir rue Voirin et rue du 60e RI, mais il est indéniable que les vélos sont de mieux en mieux pris en compte à Besançon et nous nous en félicitons!

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à 2 nouvelles rues aménagées

  1. Adrien dit :

    Moi je l’ai remarqué, en tout cas.

    Concernant l’avenue Foch, j’ai envie de faire remarquer qu’il s’agit d’une véritable révolution, qui est pourtant en train de passer totalement inaperçue.

    Je m’explique.

    L’avenue Foch fait partie des ces boulevards et rocades à 4 voies, héritées d’un autre âge mais dont Besançon a bien du mal à se passer (pas uniquement par manque de volonté politique, mais aussi en raison d’une circulation complexe à gérer pour plein de raisons).

    Il s’agissait, malgré l’augmentation forte du nombre de cyclistes ces dernières années, d’un des rares « no bikes land » si je puis dire. Au même titre que l’avenue Edgar Faure, ou le Boulevard Blum-Kennedy-Churchill. On y voit un cycliste tous les 36 du mois et en général sur le trottoir. Et rien ne permettait d’envisager que ça change.

    Mais tout à coup, du jour au lendemain, voilà que ça devient une avenue confortable pour les cyclistes (suffisamment aguerris, et avec de bons mollets tout de même). Et c’est tout simplement la première fois que ça arrive en dehors d’un contexte de travaux plus lourds (travaux du tram, requalification complète d’une voie voire d’un secteur…). C’est totalement nouveau.

    Pourtant, ça passe inaperçu car cette avenue est tellement peu ancrée dans les habitudes des cyclistes que personne ou presque ne va changer ses habitudes pour la prendre. Pourtant, pour aller du secteur de la gare au centre-ville, elle permet d’éviter un paquet de feux et de gagner pas mal de temps ! Je pense que les cyclistes y viendront progressivement mais il faudra du temps.

    Mais maintenant que cet aménagement est fait, deux questions me viennent à l’esprit :

    – Quid du court tronçon entre la partie aménagée et le giratoire du bout de la rue de Belfort ? En descente, c’est une voie bus qui pourrait être ouverte aux vélos par un simple marquage (je ne me gêne pas pour la prendre). Mais en montée, la chaussée ne comporte pas d’aménagement cyclable. Dommage pour un tronçon dont l’aménagement est plutôt récent (ça date des travaux du tram). Un bel exemple de manque d’anticipation. Il faudrait tracer une bande mais je ne sais pas s’il y a la place (au pif, je dirais que non).

    – Quid de l’avenue Edgar Faure, entre l’avenue Foch et la rue des Glacis (qui semble être en cours de réaménagement, avec création de piste ou bande cyclable) ? Y verra-t-on bientôt circuler des cyclistes aguerris, arrivant de la rue des Glacis et se rendant avenue Foch (ou l’inverse) ? À quelle échéance décidera-t-on de l’aménager à son tour ? Bref, comment passera-t-on, là aussi, d’un « no bikes land » à une avenue urbaine… ?

  2. Adrien dit :

    Concernant l’avenue Gaulard, vous aurez sans doute remarqué que, dans le sens « voie bus » il y a une véritable absurdité pour les cyclistes.

    Quand on roule dans la voie bus, celle-ci s’arrête quand on arrive au plateau (et on se retrouve avec un feu « bus » rouge alors qu’on souhaite aller tout droit). Et ensuite, après le plateau, les voitures se rabattent et la voie bus réapparaît à leur gauche. Donc soit vous continuez tout droit sur la chaussée, soit vous tentez d’attraper la voie bus mais votre trajectoire est en conflit avec celle des voitures. (En fait, si vous êtes cycliste téméraire et qu’en plus ça bouchonne, ça n’est pas difficile. Mais ça n’est pas à la portée des gens qui débutent.) Et cinquante mètres plus loin, vous devez refaire l’inverse pour attraper la bande cyclable sur le pont de Bregille.

    Pour un cyclistes, c’est absurde.

    Alors pourquoi avoir fait ça ?

    Les bus y gagnent-ils quelque chose ? Probablement non : avant, ils avaient une voie bus continue, et désormais ils doivent croiser la trajectoire des voitures (avec un feu qui leur donne sans doute la priorité, donc ça ne change rien pour eux : c’est ni bien ni mal).

    Par contre, ça a un avantage évident : ça permet de « lâcher » en même temps les bus qui vont tout droit et le flux général qui part sur le pont de Bregille, plutôt que de mettre tout le monde au rouge quand un bus doit passer.

    Bref, je pense que ça a probablement été fait pour fluidifier le trafic et optimiser les temps de feux du carrefour.

    Ça se comprend.

    Mais rappelons qu’à un moment donné, sauf erreur de ma part, l’AVB, avait proposé une mise à sens unique entrant de la rue Sarrail (avec double-sens cyclable), qui aurait pu permettre d’économiser du temps de feu… Cette proposition n’a pas été écoutée. Il est vrai que c’était ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *