Pont de la République : rappel de nos demandes

20131008_161652

L’arrivée du tramway sur ce pont cette semaine est l’occasion de publier deux articles.

Voici le premier, qui a pour objectifs de récapituler nos demandes concernant ce pont et d’expliquer pourquoi nous demandons maintenant qu’il soit réservé aux piétons, aux cyclistes, et bien sûr au tramway.

Rappel de nos demandes :

Avant les travaux du tram :

Le pont comportait deux voies de circulation normales en direction du centre-ville (sens entrant), et une voie bus-vélo dans l’autre sens, étroite et avec beaucoup de bus.

Nous pouvions donc le franchir dans les deux sens, mais dans des conditions pas suffisamment sécurisantes. De nombreux cyclistes circulaient sur les trottoirs.

Notre demande était donc simple à formuler : un aménagement cyclable sécurisant et confortable dans chaque sens. Plus simple à formuler qu’à obtenir, étant donné le trafic que le pont devait écouler.

Avec l’arrivée des premiers plans :

Découvrant sur les plans la configuration qui existe aujourd’hui (une voie normale entrante, et une plate-forme de tramway à deux voies), nous ne pouvions pas proposer de solution technique (piste ou bande) car il était clair que la largeur du pont ne le permettait pas. Exiger l’impossible ne sert à rien.

Pour nous, l’essentiel était donc que la signalisation autorise les cyclistes dans les deux sens, et que ces derniers puissent se placer comme bon leur semble selon leur aisance.

En découvrant l’aménagement réalisé :

Dans le principe, il est conforme aux plans : une voie normale et deux voies de tramway.

Malheureusement, les bordures entre les différentes voies et les trottoirs rendent le passage de l’un à l’autre impossible. Par ailleurs, la signalisation n’autorise pas les cyclistes à prendre la plate-forme du tram. Nous avons détaillé ces problèmes dans cet article.

À ce stade, l’aménagement ne répond donc pas à notre demande.

Mais un autre élément est à prendre en compte dorénavant : les changements du plan de circulation liés au tram ont considérablement réduit le trafic sur le pont de la République. Au lieu des bouchons que nous avions imaginés, nous avons découvert une voie de circulation peu chargée aux heures de pointe et souvent vide le reste du temps. Par contre, à la réouverture du pont, la gestion du carrefour devant l’office du tourisme a engendré beaucoup de bouchons et donné du fil à retordre au service voirie.

Partant de ce constat, nous avons formulé une nouvelle proposition.

Un pont de la République pour les piétons, les cyclistes et le tram.

Nous demandons officiellement la fermeture de la voie de circulation automobile du pont de la République, et sa transformation en piste cyclable bidirectionnelle par une simple modification du marquage au sol et des feux.

Nos arguments sont les suivants :

– La sécurité des cyclistes serait maximale. Or, ce pont est le plus important pour les cyclistes après le pont Battant, et cela va s’amplifier à l’avenir avec l’urbanisation des Vaîtes.
– Les piétons, nombreux, n’auraient plus à craindre la présence (illégale mais réelle) de cyclistes.
– Les conducteurs de tramway ne circuleraient pas avec la hantise de voir un cycliste chuter devant leur rame.
– Les automobilistes auraient un petit détour à faire par le pont Danfert-Rochereau, mais compensé en grande partie par des feux plus rapides aux deux extrémités du pont de la République.
– Les riverains (accès en voiture à l’île du moulin Saint-Paul) sont peu nombreux. Ils pourraient être autorisés en voiture. Cela ne nous poserait pas de problème.
– Pour une décision équivalente, la ville de Tours s’est vue décerner le Guidon d’Or de la FUB. Cela ferait du bien à Besançon, qui n’a, pour l’instant, été nominée qu’au clou rouillé (pour des réalisations anti-cyclistes disparues depuis grâce aux travaux du tram).

Nous avons formulé cette demande aux services de la ville et aux élus, y compris à M. le maire. Elle n’a pas été rejetée, mais un temps de réflexion est encore nécessaire avant que nous puissions savoir si elle est acceptée ou non.
En attendant, une solution provisoire a été mise en place, qui fera l’objet du second article.

Ce contenu a été publié dans Réflexion, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.