Double-sens cyclable rue de Belfort : enfin !

_ECO0203_web

Le 15 mars 2017, le projet présenté en réunion publique le 6 Décembre 2016 par Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon, s’est matérialisé sur la chaussée de la rue de Belfort, avec les pointillés blancs d’un double-sens cyclable allant de la place de la Liberté à la rue Chopard. L’Association Vélo Besançon (AVB), qui demande cet aménagement à la Ville de Besançon depuis plus de 10 ans, s’en réjouit au plus au point !

L’AVB remercie également chaleureusement le CCH des Chaprais et les commerçants qui ont soutenu et porté la demande, permettant d’apaiser un peu cette rue très commerçante et néanmoins soumise à un important trafic automobile.

C’est une grosse amélioration dans le maillage du réseau cyclable bisontin, en particulier à cet endroit, qui constituait selon nous l’un des plus gros points noirs de Besançon pour pour la circulation non automobile. C’était un tronçon manquant très pénalisant pour un cycliste circulant depuis le centre-ville vers les Chaprais, les Quatre-Vents, Palente, les Cras, etc. En effet, soit il fallait passer à cet endroit à contre-sens sur un trottoir étroit (illégalement et en gênant les piétons), soit faire un long et dangereux détour par la rue des Deux Princesses ou la rue de la Cassotte, toutes deux encore non aménagées pour les cycles.

Cette bande cyclable est ressentie confortablement lors de son franchissement à vélo et semble bien respectée des automobilistes. Dès les premiers jours, un net abaissement de la vitesse des automobilistes peut être observé. Cela constitue deux bonnes nouvelles !

C’est également une très grosse amélioration pour les piétons. D’une part, la circulation des cyclistes sur les trottoirs à cet endroit n’a désormais plus de raison d’être. D’autre part, il est nettement moins dangereux de traverser une seule voie de circulation et une bande cyclable que deux voies dans le même sens (car dans ce dernier cas, il est fréquent qu’un automobiliste arrêté pour laisser passer un piéton se fasse doubler par une autre automobiliste impatient, qui ne voit pas le piéton à cause des angles morts).

Cependant, l’AVB espère que les choses iront plus loin rapidement. Premièrement, des deux projets présentés lors de la réunion publique, seul le moins ambitieux à vu le jour. Il est maintenant essentiel de prolonger ce double-sens cyclable jusqu’à l’avenue Foch afin de proposer une liaison vélo bidirectionnelle de qualité avec la gare Viotte sans cesse présentée comme un pôle d’échange multimodal, mais dont l’accès à bicyclette depuis les Chaprais est exécrable. Enfin, comme nous l’avons dit lors de la réunion publique du point de vue usagers, nous aurions plutôt souhaité un aménagement cyclable dans chaque sens sur la partie traitée plutôt que l’implantation de stationnement automobile coté nord de la rue, pour des raisons évidentes de fluidification des trajets effectués en bicyclette.

Deuxièmement, de nombreux exemples et études de cas nous démontrent que les villes qui développent la meilleure politique « modes actifs » n’ont pu le faire qu’avec une REELLE MODERATION DU TRAFIC AUTOMOBILE (Amsterdam, Utrecht, Nantes, Rennes, Séoul, Lyon, etc.) . Or, dans le cas qui nous occupe, la majorité du stationnement automobile a été conservé et la vitesse autorisée est toujours de 50 km/h.

Troisièmement, un vrai changement des comportements ne peut se faire qu’avec une communication adaptée : le cycliste ou le piéton doit se sentir conforté dans sa pratique ET l’automobiliste doit cesser de se sentir prioritaire en plein cœur de ville ! En ce sens, nous aimerions voir apparaître des aménagements politiquement ambitieux, qui donnent une nette priorité aux cyclistes sur les automobilistes, de par leur implantation même. En appliquant ce principe de réflexion, nous regrettons notamment le passage de la bande-cyclable par le trottoir et les clous pour la traversée de la rue Chopard : comme si le cycliste devait se contenter de se faufiler entre les obstacles automobiles (voies de circulation, îlots, places de stationnement). Nous pensons qu’aucun changement des comportements rapide et pérenne ne peut être obtenu par cet aménagement s’il reste seul.

C’est pourquoi, malgré une très grande amélioration pour les cyclistes et piétons nous attendons avant d’applaudir des deux mains :

  • l’abaissement de la vitesse autorisé (30 km/h) ;
  • et la continuité cyclable totale entre la gare Viotte et la rue de Belfort ;

En phase finale, la suppression du stationnement automobile rendrait possible l’implantation de terrasses plus spacieuses, de trottoirs élargis, voire même d’espaces verts qui égayeraient vraiment un secteur trop détérioré par l’automobile.

Quelques photos, prises à la remontée de la rue de Belfort :

_ECO0206_web

_ECO0205_web

_ECO0204_web

A partir de là, la bande cyclable passe sur le trottoir, pour laisser la place à la voie d’insertion de la rue Suard puis plus loin à la station Vélocité et à des places de livraison.

_ECO0203_web

Notons le niveau zéro total, sans aucune bordure. Parfait ! C’est malheureusement trop rare.

_ECO0200_web

_ECO0199_web

_ECO0198_web

Mais surtout, nous regrettons fortement le slalom imposé aux cyclistes par la gestion de ce carrefour. Nous aurions fortement apprécié et approuver la reprise totale de ce carrefour (infrastructure et gestion des feux tricolores), permettant de tracer la voie cyclable toute droite (cf. remarques dans le texte ci-dessus).

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *